Pêche et aquaculture
Une dynamique positive pour le FEAMP

La Commission régionale de sélection pêche et aquaculture (CORSPA) de mars 2019 a été l'occasion de faire un bilan 2018 sur l'exécution du FEAMP en Bretagne ainsi que d'échanger sur les besoins futurs.


Phovoir.com

Le 4 mars 2019,  s'est tenue la CORSPA, chargée de sélectionner les projets et de suivre l'avancement de la programmation du FEAMP. Cette réunion organisée par l'Etat et la Région Bretagne a réuni le partenariat du Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche (FEAMP) afin de faire un point sur l’avancement et les perspectives pour les deux dernières années de mise en œuvre de ce programme doté de 588 millions d’euros au niveau national.

Avec 120 millions d’euros d’aides publiques payées au niveau national en 2018, la mobilisation de tous a permis d’atteindre les objectifs nationaux.

Le FEAMP en Bretagne

La Région Bretagne assure la gestion déléguée des mesures régionales du FEAMP (47 M€) visant à soutenir la pêche et l'aquaculture durables, le développement local des filières ainsi que la commercialisation et la transformation des produits halio-alimentaires. En plus de ces mesures régionales, les projets bretons peuvent bénéficier de mesures nationales représentant une enveloppe globale de 588 M€ pour la France.

Un bilan positif du FEAMP en 2018

Au 25 mars 2019, les mesures gérées par la Région Bretagne ont donné lieu au paiement à 9,6 millions d’euros d’aides publiques aux entreprises de la filière halieutique bretonne, dont 7,2 sur crédits européens. Au total, près de 14 millions d’euros ont été engagés pour des projets représentant plus de 40 millions d'euros d’investissement.

Les aides qui ont le mieux fonctionné sont celles en faveur des investissements aquacoles, prisées par les entreprises conchylicoles, à l’installation des jeunes pêcheurs et en faveur des ports de pêche et criées, qui représentent plus de 6,5 millions d’euros d’aides publiques.

Les besoins futurs en Bretagne

Le partenariat du FEAMP a échangé sur les besoins futurs en Bretagne pour garantir un taux de programmation à 100% à horizon décembre 2020. Un projet de dotation complémentaire pour la Bretagne de 18 millions d’euros supplémentaires a été examiné. La suite donnée à ces propositions dépendra des équilibres trouvés au plan national dans la maquette du programme national.


Publié le


Partagez ce contenu